Appartements disponibles

Nouveaux restos à découvrir à Québec

16 août 2017

Près de votre appartement sur Grande-Allée, deux nouveaux restaurants viennent de voir le jour : La Gaspésienne 51 et Tapas & Liège. Ailleurs dans la capitale, l’industrie de la restauration n’a de cesse de se renouveler et d’offrir des concepts novateurs aux Québécois affamés de nouveautés. En voici quelques-uns qui valent le détour.

Battuto

Le soir, la tranquillité du boulevard Langelier, en basse-ville, est uniquement troublée par les autos descendant rapidement la côte De Salaberry. Depuis quelques mois, une vitrine s’est toutefois illuminée et un ancien casse-croûte a cédé sa place au nouveau projet de Guillaume Saint-Pierre, gagnant de l’émission Les chefs! en 2011 : le Battuto.

Le décor pourtant minimaliste de la trattoria semble déborder de l’immense devanture vitrée. Un peu comme si l’ambiance festive et la chaleur du restaurant tentaient de réveiller la rue, les murs peinant à contenir la fête.

Mettre le pied dans le bistro de l’heure donne vraiment l’impression de débarquer directement en Italie. Pas de flafla inutile, ici. Même si c’est un peu un cliché en restauration, disons qu’on met en valeur la fraîcheur des produits. Et grâce à une carte des vins d’exception et aux conseils avisés du sommelier, les chances que tous les convives adoptent le proverbial meilleur goût de la modération sont plutôt ténues.

À essayer en bonne compagnie. Et surtout : réservez longtemps d’avance.

Le Barolo

Pour plusieurs, l’Aviatic Club est une institution difficile à remplacer. Le restaurant de la gare du Palais était reconnu pour sa table et son service distingué; il fut aussi de nombreuses fois le théâtre de cinq à sept copieusement arrosés.

Les propriétaires de l’Aviatic (et du Charbon, toujours ouvert, lui) ont en quelque sorte transposé l’esprit du lieu à Sainte-Foy. Ils ont cependant troqué le menu de l’Aviatic pour une carte qui mise sur les pâtes et les grillades. L’ambiance est feutrée, les dossiers des chaises et des banquettes capitonnés. On s’installe ici pour faire bombance dans le confort et la classe.

Nhà Tôi

Nhà Tôi est le troisième restaurant né de l’esprit des propriétaires du Pied bleu. L’éponyme bouchon lyonnais de même que Le Renard et la chouette sont parvenus à faire leur place dans le milieu de la restauration en offrant des produits de qualité, cuisinés avec originalité et servis de manière authentique; une philosophie qui inspire aussi ce nouveau projet ancré dans la tradition vietnamienne.

L’endroit propose des viandes et des poissons cuits sur feu de bois et le menu regorge de plats qui font honneur à la très riche culture culinaire du pays. On navigue ainsi entre valeurs sûres et découvertes, à un prix très raisonnable, dans une ambiance de sympathique boui-boui.

Les poke bowls, les sushis du 21e siècle

Nous nous souvenons tous de l’invasion des makis. Il y a quelques années, les restaurants de sushis ont envahi nos rues. Un déferlement de riz et de poisson cru qui a fait passer le repas nippon du rang de coûteux mets exotique réservé aux fins palais à celui de plat presque aussi commun que le pâté chinois.

La même chose semble se produire actuellement avec le poke bowl, un mets traditionnel hawaïen pouvant être décrit comme un sushi déconstruit. Une multitude de restos de la capitale offrent maintenant les appétissants bols.

Il y a tout d’abord le Nihon Sushi de la rue de Bergerville, à quelques pas de votre condominium, mais également le restaurant Bols et poké sur la rue Saint-Jean et le Tartar Station de la pyramide de Sainte-Foy, deux endroits spécialisés dans ce mets succulent aux interprétations presque infinies. Pour des variations sur ce thème, visitez aussi la succursale de Buddha Station aux Halles Sainte-Foy, ou commandez votre bol en ligne afin qu’on vous le livre directement à votre appartement.